Indra Nooyi, PDG, se prépare à quitter ses fonctions dans un climat économique difficile.
 
Originaire d’Inde du Sud, c’est une des rares femmes dirigeant un grand groupe américain . C’est sa 24e année au sein de Pepsi CO. Son successeur sera très probablement l’espagnol Ramon Laguarta , âge de 54 ans.
 
Le secteur des boissons non alcoolisés et gazeuses vit une période compliquée pour deux raisons majeurs  : l’alourdissement de la fiscalité spécifique  ainsi que la présence de sucres trop importantes dans les sodas .
 
C’est la raison pour laquelle le bénéfice d’exploitation de la division boisson de Pepsi Co a diminué de 16%.
 
En prévision de cette évolution inexorable , la dirigeante indienne a fait investir massivement dans la recherche et développement afin d’encourager les snacks moins sucrés ainsi que des produits végétaux  afin de diversifier l’activité . Houmous et la boisson eau de coco en sont les fers de lance . Cette nouvelle politique est un grand succès avec une progression du chiffre d’affaire de 81% en trois ans , passant de 35 milliard d’euros à 63,5 milliards.
 
Certains actionnaires militaient pour la scission de l’enteprise en trois entités distinctes: sodas, embouteillage et les snacks. Indra Nooyi s’y est toujours refusé et force est de reconnaître que son bilan de PDG est très positif . Cependant , cette idée reste une possibilité qui demeure un vrai débat au sein de la future équipe dirigeante .
 
L’avenir nous dira si PepsiCo privilégié l’agilité ou la consolidation du groupe .