Retour de nos bleus après dix mois d’absence. Une bien trop longue attente pour tous les fans de football et des bleus en particulier. Il était bien évidemment légitime que la situation sanitaire inverse les priorités et mette le football entre parenthèses quelque temps ! La machine peut enfin se relancer en début septembre.

Une reprise particulière

Ce long délai rend le contexte de reprise très particulier. Aucune certitude physique ou tactique mais nos bleus peuvent s’appuyer sur leur vécu commun et leur titre de champion du monde qui confère certes un statut mais qui s’accompagne aussi d’une attente légitime et d’exigences de performances et de résultats aussi et surtout avec le coach Deschamps !

 Depuis le titre de champion du monde, l’équipe de France a assez bien enchainé malgré le couac en Turquie et la défaite contre les néerlandais ! Le caractère de cette équipe se résume bien à travers le caractère d’Olivier Giroud qui à force de travail a réussi à quitter la tribune de Stamford Bridge pour le terrain ou il n’arrêtait pas de marquer !

Pour Didier Deschamps, Antoine Griezmann reste un pilier de l’équipe de France malgré ses performances médiocres avec le FC Barcelone. Il connait le schéma de Deschamps et sait que le coach le mettra dans les meilleures dispositions afin qu’il soit performant !

Souhaitant éviter que son équipe devienne trop prévisible, Deschamps souhaite varier davantage les associations et les systèmes de jeu afin d’être moins prévisible pour l’adversaire tout en conservant nos points forts. Mais la clé doit rester de pouvoir s’adapter à toutes les circonstances ; manière la plus efficace pour trouver le chemin de la victoire !

En rappelant Adrien Rabiot en équipe de France, Deschamps démontre que seul l’intérêt des bleus guide ses choix. Adrien Rabiot a retrouvé un excellent niveau avec la Juve, il redevient un atout pour les bleus et il fait naturellement son retour à Clairefontaine.

Dans ce nouvel exercice, Deschamps va devoir s’adapter aux contraintes sanitaires et aux absences régulières de certains de ses cadres. La reprise des bleus se fait en ligue des nations avec le déplacement en Suède puis la réception de la Croatie. Le forfait de Pogba et d’Aouar testés positif au Covid 19 est un scenario qui risque de se reproduire à plusieurs reprises dans les prochaines semaines.

Cette ligue des nations offre aussi la possibilité à notre sélectionneur d’effectuer de multiples tests à travers notamment un calendrier particulièrement dense ; huit matches en deux mois : un record ! Les premières convocations de Upamecano et Camavinga font dans ce sens ;

Deschamps souhaite tester une véritable révolution tactique en poursuivant l’expérience du 3-5-2 ce qui exigera un travail important en amont ce que permet la semaine de stage en amont du match à Solna.

Ce match de rentrée en Suède ne restera pas dans les annales. Poussifs, les bleus ont réussi leur retour après dix mois d’arrêt grâce à un but chanceux de Mbappé que l’on peut assimiler à un coup de flipper ! Ce match a été aussi marqué par le retour de Rabiot malgré sa performance décevante et par le nouveau système de jeu qui n’a pas encore eu les résultats escomptés.  Il serait injuste de s’attarder sur sa performance quelconque car ses autres partenaires n’ont pas montré grand-chose.

 Le 3-5-2 devait permettre de porter le danger par les cotés mais cela s’est avéré un échec sur ce match de rentrée. La piètre qualité de centres de Digne et Dubois n’ont pas aidé. L’animation offensive a été décevante avec un Griezmann en dedans qui n’a pas su enclencher les mouvements en étant systématiquement en retard dans ses prises de décision.

Les premières simultanées de Upamecano et de Camavinga donnent à ce match l’air d’une nouvelle ère. Plus de la moitié du groupe convoqué n’était pas présent à la coupe du monde en Russie.

Les bleus peuvent mieux faire

Deschamps a conscience que les bleus peuvent mieux faire mais se satisfait de la victoire . Encore et toujours la culture du résultat.

 Ensuite, nous avons assisté à un remake au rabais entre nos bleus et la Croatie , deux après le mondial. Un duel entre deux formations remodelées compte tenu des cadences infernales imposées depuis la reprise. Ces retrouvailles auraient pu symboliser une revanche ou à minima un spectacle deux ans après la sacre russe mais il n’en sera rien compte tenu des contraintes sanitaires qui ont chassé tous les amateurs de football des tribunes pour une durée indéterminée. Cette absence de spectateurs a tendance à réduire les écarts entre les équipes avec une baisse substantielle de l’adrénaline, en particulier chez les joueurs habitués à se produire devant des stades bondés ! Cette saison est par ailleurs unique dans son genre en ayant exclu toute sorte de trêve estivale compte tenu du calendrier de reprise de la compétition. Cela n’est pas sans conséquence sur les organismes de la plupart des joueurs qu’il faut donc ménager et gérer différemment afin d’éviter les blessures.

Malgré une nouvelle performance moyenne, la France s’imposa 4-2 contre la Croatie . Sa première mi-temps fut même famélique. Chaque observateur constatant avec surprise qu’il n’y avait que l’équipe croate sur le terrain. Fort de son réalisme légendaire, l’équipe de Deschamps retournait au vestiaire avec un but d’avance. Comme le souligna avec un humour dépité le sélectionneur croate ‘ C’est toujours pareil avec la France, on domine, on a le sentiment d’être plus fort et on perd à la fin’. Match très moyen des bleus devant un stade de France quasi vide mais une deuxième victoire à la clé pour lancer cette nouvelle édition de la ligue des nations. Retour en club pour le groupe France.

Les bleus à Clairefontaine

Les bleus se retrouvent à Clairefontaine pour trois matches en ce début octobre.  Ce rassemblement débuta par une démonstration de notre équipe de France contre une faible Ukraine décimée par les absences ( 7-1). Certes, on ne peut tirer aucun enseignement majeur d’un match amical mais la qualité du jeu collectif français reste un point très satisfaisant, de surcroit après les deux matches poussifs de rentrée en Suède et en Croatie. Cette soirée marqua aussi la centième sélection d’Olivier Giroud et son quarante-deuxième but en bleus , lui permettant d’être désormais seul derrière Thierry Henry avec ses 51 buts. Soirée qui restera dans les annales aussi pour le premier but de jeune prodige Eduardo Camavinga qui devient le plus jeune buteur de l’histoire de l’équipe de France.

Galop d’entrainement qui devait permettre de préparer dans les meilleurs conditions la confrontation avec l’autre ogre du groupe qu’est l’équipe du Portugal. Un retour des portugais au Stade de France plus de quatre ans après leur sacre à l’Euro 2016. Revanche symbolique pour nos bleus car même une très large victoire ne pourrait effacer l’absence de ce titre dans le palmarès du football français. Ce match devait nous donner un spectacle de qualité avec quelques-uns des plus beaux joueurs de la planète. Il n’en fut malheureusement rien. Ce choc au sommet accoucha d’une souris avec un match sans saveur et sans vainqueur. Les deux équipes se craignaient et avaient adopté deux systèmes très défensifs sans prise de risque. L’absence de jeu résulte d’une absence de volonté réciproque. Cette performance nous rappelle à quel point le football de sélection a du mal avec son animation collective malgré un personnel de grande classe ! Nos bleus ont peu couru pour demander le ballon et n’ont pas su ou pas voulu se projeter assez vite vers l’avant afin de créer le danger dans la défense portugaise ! Ce match démontra aussi que Griezman n’est pas un numéro mais plutôt un neuf et demi comme l’était Youri Djorkaeff à l’époque ! La première mi-temps fut plutôt à l’avantage des portugais alors que nous avons passé la plupart du temps à courir après le ballon. Ce fut un peu mieux lors du second acte sans pour autant produire du football de qualité satisfaisante ! Rare motif de satisfaction, on peut noter la performance de kimpembe qui en laissant de cote ses petites absences est en train de faire son trou au sein de la charnière centrale tricolore.

Ce ne fut pas le soir de la revanche de l’euro 2016 mais il faut parfois se contenter d’un point avant d’aborder la suite de la compétition. En restant solide défensivement, ils n’auront pas de regrets à ressasser. Même si la manière laisse à désirer, tout reste possible dans ce groupe et c’est bien l’essentiel. Cap sur Zagreb ou la victoire sera interdite dans quatre jours !

Dès le mercredi suivant, retour de notre équipe de France à Zagreb pour une nouvelle opposition face à nos meilleurs ennemis croates ! Idéalement lancée par un but d’un Griezmann transformée malgré une belle opposition croate qui nous a mis en difficulté, la France s’est imposé en patron dans le stade Maksimir de Zagreb ! Cette victoire fut longue à se dessiner dans un stade très bruyant pour ce second semestre 2020 avec plus de 6000 supporters croates ! La magnifique action qui a conduit au but de Mbappé permet aux bleus de l’emporter et de rester à égalité du Portugal avec qui elle partage la tête du groupe.

Rendez-vous mi-novembre pour le verdict avec un déplacement crucial à Lisbonne le 14 novembre prochain !

Sébastien GinetLinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − neuf =