Depuis le tournant de 2016 et la décision de la municipalité Jeanmet de réduire la voilure, Musiks à Manosque déçoit et est en passe de perdre son statut de festival important de notre Région Sud.

Les deux dernières éditions furent de très grandes déceptions au niveau de la fréquentation malgré une programmation correcte mais ne correspond plus vraiment aux attentes des habitants de
l’agglomération manosquine. Les nuits endiablées des soirées manosquines de juillet sont désormais qu’un lointain souvenir.

Certes, il n’est plus envisageable de retrouver des soirées à plus de 20.000 personnes avec Kendji Girac , prenant ainsi des risques considérables en terme de sécurité. Mais entre des soirées
dépassant les capacités d’accueil et des bides à moins de 3000, il y a possibilité de faire mieux afin de redonner l’attractivité que se doit d’avoir ce traditionnel festival d’été !
La municipalité a expliqué cette baisse de fréquentation par le temps, l’effet coupe du monde, le manque d’ouverture d’esprit musical du public et autres excuses abracadabrantesques. Comment
expliquer alors le succès des nuits de la citadelle, du Cocksound à Forcalquier ou des Tréteaux d’Apt ?

Il semble que le festival arrive à un tournant de son histoire et qu’il est urgent d’envisager des options nouvelles pour le redynamiser.

Le niveau de la programmation a baissé tout en restant de qualité mais si nous sommes loin du standing de Kendji Girac, Bertignac ou Magic System. Il est insupportable de voir les élus en charge
de ce dossier imputer cette situation aux programmateurs alors qu’ils sont ceux qui rédigent et financent la feuille de route. Ce sont aux élus de redonner un cap , une vision à ce festival et aux
cadres administratifs de la mettre en musique et non le contraire !!

Un coup de pouce financier envisage serait utile pour aider Bernard Sourice et Philippe Parzy à l’heure ou les cachets des artistes sont de plus en plus élevés.

Il faudra aussi se poser la question de la gratuité du festival afin de pouvoir augmenter à terme la qualité du spectacle proposé. La programmation d’Apt ne pourrait atteindre ce niveau sans une
participation du public. Les manosquins sont prêts à payer une somme correcte pour avoir un spectacle de qualité lors de leur festival annuel. Le cout de gestion d’une billetterie peut être gérée
par le biais de Digitick par exemple afin de limiter les frais tout en se donnant cette liberté.

L’édition 2019 des Négresses Vertes, Flavia Coelho ou Grupo Compay Segundo offre une programmation de meilleure qualité malgré l’absence de tête d’affiche de premier plan ! Donnons
une chance à cette édition ! Mais nous saurons tirer le bilan de cette édition pour créer ensemble un festival renouvelé pour le prochain mandat municipal qui s’annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 17 =